Yangon, la porte de la Birmanie

Yangon, ou anciennement Rangoon, tout dépend de la prononciation en vigueur dans son pays, est la plus grande ville de Birmanie, et ancienne capitale du pays. Peuplé de plus de 4.000.000 d’habitants, Yangon est une ville aux multiples visages, à un point charnière entre la tradition et la modernité. J’ai vécu dans cette ville pendant un peu plus de cinq mois, et j’en garde un très bon souvenir. Yangon est une ville pleine de charme et de surprises. Et c’est d’elle dont je vais vous parler aujourd’hui !

Yangon, la porte de la Birmanie
Carte de la ville de Yangon

Un peu d’histoire

L’histoire de Yangon remonte au VIème siècle de notre ère. C’est à l’époque un simple village de pécheurs, qui se développe au fil du temps autour de la Pagode Shwedagon, un grand stupa de près de cent mètres de haut recouvert de feuilles d’or et principal lieu saint de Birmanie, pagode qui reste le symbole de la ville et qui mérite à elle seule un article à part.

C’est lors de la colonisation anglaise que la ville acquiert son statue de capitale, et se développe rapidement à partir des années 1900, à tel point que ses services et son infrastructure étaient comparables à ceux de Londres à la même époque. Mais, par la suite, la ville subira de nombreuses catastrophes, dont un tremblement de terre et un tsunami dans les année 1930, avant de subir beaucoup de dégâts lors de la Seconde Guerre Mondiale. L’armée japonaise s’emparera de la ville le 8 mars 1942, tandis que les britanniques la reprendront le 2 mai 1945.

Yangon, la porte de la Birmanie
Une de rues de Yangon

A la suite de l’indépendance de la Birmanie, la ville conserve son titre de capitale. En 1962, la junte militaire s’empare du pouvoir, et  instaure un régime très dur et très répressif. Yangon sera durant cette période le point de départ de nombreuses vagues  de protestations qui s’étendront à tout le pays. Le soulèvement le plus important éclate en 1988. Des manifestations monstres commencent à éclater au mois de mars pour protester contre l’état lamentable de l’économie birmane, et pour demander l’instauration de la démocratie. C’est au mois d’août, et plus précisément le 8, que les manifestations culminent, et que la riposte éclate. L’armée tire dans la foule des manifestants, et cause des centaines de morts, bien que les sources divergent sur ce point, certaines parlant de 10.000 morts sur une période allant du 8 août au 19 septembre 1988.

Yangon perdra son statut de capitale en 2006, au profit de Naypyidaw, une ville construite du jour au lendemain à 300 kilomètres au nord, en pleine jungle. Et depuis, la cité reste la ville la plus active de Birmanie, en plus d’être son centre économique et culturel le plus important.

Que faire à Yangon ?

Il y a tellement de choses si différentes à faire à Rangoon. Il y a en a pour tout les goûts. Visiter Yangon, c’est comme prendre part à un fantastique voyage à la découverte d’un autre monde.

  • Les temples et les stupas : la majeure partie de la population de Birmanie, et donc de Yangon est bouddhiste. De ce fait, la ville contient un grand nombre de pagodes, de temples ou de monastères. Parmi les plus célèbres, on trouve la fantastique Pagode Shwedagon, visible à des kilomètres à la ronde. On peut également cité la Pagode Sule, au sud de la ville. Il faut savoir que cette dernière sert de point de départ pour le comptage des distances vers le nord du pays. Parmi les monastères les plus importants de la ville, on peut également parler du monastère Chauk-Htat-Gyi Bouddha, ou tout simplement le monastère du Bouddha couché, qui contient un Bouddha couché (logique) de 66 mètres de long.
Yangon, la Porte de la Birmanie
La célèbre Pagode Shwedagon de Yangon
  • Les différents quartiers : c’est surtout se balader dans les quartiers sud de la ville qui est à faire. Pourquoi ? Parce que c’est là que Yangon vit. C’est un vrai plaisir de se balader à travers les petites rues, à la découverte des trésors qu’elles peuvent receler. A faire en particulier : le quartier chinois, et les rues qui vont jusqu’à l’ancien secrétariat colonial. Le quartier de Dala, de l’autre côté du fleuve au sud de la ville, est également à faire, et constitue une plongée dans la périphérie de Yangon, périphérie qui reste pauvre et peu développée.
  • Les bâtiments coloniaux : Yangon est la ville d’Asie du Sud-Est qui compte le plus de bâtiments coloniaux et cela se voit. Certains peuvent se visiter, comme le Secrétariat, tandis que d’autres sont toujours utilisées par les administrations de la ville. Dans les petites rues ou sur les grands axes, en ouvrant l’œil, on peut apercevoir cette architecture typique de l’époque coloniale encore présente sur certains immeubles, rénovés depuis.

Rangoon pratique

Passons maintenant à des conseils un peu plus pratiques.

Comment se loger à Yangon ? Ce n’est pas très compliqué. La ville compte des établissements pour toutes les bourses. Et cela va des petites auberges de jeunesse à une dizaine d’euros par nuit, aux hôtels de luxe, comme le Strand, l’un des plus célèbres de Rangoon, où là les prix avoisinent plusieurs centaines d’euros pour une seule nuit. Sinon, il y a le couchsurfing, assez répandu. Dans l’appartement où je vivais, nous avons accueillit très souvent des couchsurfeurs, venus passer une nuit ou deux. Mais attention : le couchsurfing reste interdit en Birmanie, même si personne ne viendra vérifier.

Comment se déplacer ? On peut aller d’un bout à l’autre de la ville en bus ou en taxi. Le bus est moins cher, mais toujours bondé. Il existe une appli qui informe sur toutes les lignes de bus disponibles dans la ville. Le taxi est  un peu plus cher, mais reste bon marché. C’est le moyen de transport que je privilégiais, et il permet de discuter plus facilement avec le chauffeur pour s’imprégner de la culture locale.

Yangon, la porte de la Birmanie
La cour de justice de Yangon, ancien bâtiment colonial

Où manger ? La réponse est simple, partout. Dans toutes les rues vous trouverez des restaurants pour toutes les envies. Priviligiez bien entendu la nourriture birmane ! Quelques bonnes adresses : le Wai Wai sur Thukha Street (mon ancien quartier général), le 999 Shan Noodles derrière la mairie ou encore les petites restos sur la 19ème rue.

En plus :

Un petit site sympa pour voir en photo l’évolution de la ville de Yangon : Yangon Time Machine 

Et bien sûr, l’incontournable : Le Petit Journal Birmanie 

Publicités

2 réflexions sur “Yangon, la porte de la Birmanie

  1. Aziz Guennoun

    Bonjour Mathieu,
    Je suis le papa de Kevin qui m’a fait découvrir hier ton blog et que je trouve très intéressant dans la mesure où il invite au voyage .
    Il relate, d’une manière succincte, un peu d’histoire et surtout renseigne sur les aspects les plus pratiques pour la découverte des villes.
    Dans mes souvenirs, la Birmanie a toujours représenté un pays vivant sous la coupe d’un régime militaire totalitaire et impitoyable, gangrèné par la corruption et les injustices, et dont le niveau de vie du birmane était des plus bas.
    Qu’en est il aujourd’hui ?
    Sous quel régime politique vivent les birmans actuellement ?
    Comment se comporte leur économie ? Est elle dynamique à l’image des pays comme le Vietnam et d’autres pays émergents ?
    Qu’en est il de la presse? Et qui la contrôle ?
    Y a-t-il encore des prisonniers politiques?
    C’est vrai que c’est difficile de se faire une idée sur le degré du « bonheur » et du bien être d’un peuple par le biais des médias et autres sites d’information !
    Amicalement
    Aziz

    Aimé par 1 personne

  2. christelle

    Blog super intéressant , j’aime beaucouq l’association de tes articles sur l’histoire du pays et de tes conseils voyage.
    J’ai eu la chance d’effectuer un séjour en Birmanie et je trouve tes infos pratiques
    très pertinentes .
    Christelle

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s